L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) est l’une des Unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger (UMIFRE) située à Tunis en Tunisie. L’IRMC a le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), dont l’IRMC constitue une Unité d’appui à la recherche (UAR 3077), et Aix-Marseille-Université pour tutelles. Les chercheurs et chercheures de l’Institut sont spécialisé.e.s en Sciences Humaines et Sociales et leurs études sont principalement consacrées à la région du Maghreb.

Créé en 1992, il a été successivement dirigé par Michel Camau, Jean-Philippe Bras, Pierre-Robert Baduel, Pierre-Noël Denieuil, Karima Dirèche, et Oissila Saaidia.  Depuis septembre 2021, l’IRMC est sous la direction de Katia Boissevain.

L’IRMC est l’UMIFRE dont la compétence géographique s’étend spécifiquement sur l’Algérie, la Tunisie et la Libye. Pluridisciplinaire, il réunit des anthropologues, géographes, historiens contemporanéistes, et politistes, tous spécialistes de l’aire maghrébine et des interactions de cet espace avec le reste du monde. Son champ chronologique principal s’étend du XIXe siècle au temps présent.

En 2022, il comprend 2 chercheurs MEAE, 1 chercheur sur contrat externe, 1 chercheure détachée de l’Université tunisienne, 1 volontaire internationale et 4 doctorants (1 sur contrat doctoral, 3 aux statuts divers –Agence nationale de recherche – ANR, European research center – ERC, cotutelle internationale). Ses membres associés se composent d’un « noyau dur », formé de chercheurs français et tunisiens anciennement rattachés à l’IRMC ou appartenant à des centres de recherches aux thématiques liées. Autour de ce groupe gravitent plusieurs dizaines de chercheurs, pour certains anciens doctorants de l’unité, qui participent ponctuellement aux activités de l’Institut. Enfin, 11 agents de droit local composent l’équipe administrative et de service.

L’Institut, très ancré dans le réseau universitaire local, entretient de nombreuses collaborations avec les institutions de recherches maghrébines, dont l’Université de La Manouba, la Faculté des Sciences et Lettres de Tunis, l’Université Tunis Manar, le Centre d’Anthropologie de la Faculté des Sciences et Lettres de Sousse, la Faculté des sciences juridiques de Sousse, l’Université de Constantine 3, le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) d’Oran, l’Université de Tripoli et l’Académie des Hautes Études de Tripoli. L’institut est très impliqué dans les actions de formation à/par la recherche, par l’organisation d’ateliers doctoraux, qui réunissent des doctorants des rives nord et sud de la Méditerranée, autour de thématiques de recherches au cœur des SHS.

Au sein du réseau des UMIFREs, l’IRMC entretient des relations privilégiées avec les instituts de la région Maghreb et Moyen-Orient, le Centre Jacques Berque (CJB), le Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ),l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), ainsi que les GIS MOMM, Religions, Genre et Afrique, au sein du CNRS. Il est, par ailleurs, partie prenante des réseaux REM (Réseau d’études maghrébines, des Écoles françaises), et de GLOBALMED (une approche globale de la Méditerranée – MMSH).