AAC/ École doctorale “Dynamiques amazighes dans le Maghreb contemporain : enjeux, formes et évolutions” (délais prolongés)

L’IRMC lance un appel à candidatures pour la participation à l’Ecole doctorale “Dynamiques amazighes dans le Maghreb contemporain : enjeux, formes et évolutions”, organisée du 14 au 17 novembre 2023 à Tunis.

Cette école est coordonnée par Karima Dirèche (CNRS, TELEMMe), Malika Assam (Iremam) et Neila Saadi (ISMPT, IRMC).

Modalité de soumission: remplir le  Formulaire de candidature 

Retour des propositions : 10 février 2023
Confirmation de sélection : 20 février 2023
1ère rencontre zoom (échanges entre les organisateurs et les jeunes chercheurs sur les attendus) : mi-avril 2023

Envoi des présentations à discuter : septembre 2023

Argumentaire

Travailler sur le champ des études berbères/amazighes, c’est se confronter à un champ d’études complexes, pluridisciplinaire longtemps marqué par le stigmate de son histoire coloniale et militante aux indépendances. Bien que marginalisé, aujourd’hui du fait de son manque de visibilité dû à son éparpillement dans les institutions universitaires, ce champ connaît néanmoins un profond renouvellement thématique et épistémologique. Fortement délaissé après les indépendances, il a, cependant, connu une réappropriation par les élites intellectuelles maghrébines durant les années 1970, puis une reconnaissance institutionnelle à partir des années 1990 (création des premiers Départements de langue et culture amazighes en 1990-91 et du Haut-Commissariat à l’Amazighité en 1995 en Algérie, de l’Institut Royal de la Culture Amazighe en 2001 puis de filières de l’enseignement supérieur dédiées au Maroc). Par ailleurs, au-delà de la linguistique descriptive et de l’ethnologie qui ont longtemps dominé le champ de ces études, les sciences sociales et humaines se sont emparées du paradigme berbère pour réinterroger les catégories identitaires, politiques et culturelles des sociétés maghrébines. 

Cette école doctorale s’adresse aux doctorants et post-doctorants des universités maghrébines et européennes dont les recherches abordent les problématiques et les enjeux soulevés par la berbérité / amazighité (langues berbères, pratiques culturelles, sociales, religieuses, mobilisations politiques et identitaires) tout à la fois revendiquée et institutionnalisée selon des modalités diverses dans le Maghreb d’aujourd’hui. Elle se veut un espace d’exposition et de mise en valeur critique des recherches empiriques et des travaux en cours menées par les jeunes chercheurs, qui proposent des lectures renouvelées ou inédites sur les langues berbères et le fait berbère en général inscrites dans des approches disciplinaires multiples. L’objectif étant de faire dialoguer les disciplines (anthropologie, histoire, sciences politiques, sociologie) et les  approches linguistiques et littéraires en lien avec les enjeux sociaux et/ou politiques.

Thématiques attendues :

  • Permanence / adaptation et évolution des structures et institutions  socio-politiques propres aux régions berbérophones : quelles formes prennent aujourd’hui ces adaptations en lien avec les processus d’intégration dans les administrations d’États centralisés et les circuits économiques contemporains ? Pour répondre à quels enjeux ?
  • Les processus d’intégration de la berbérophonie dans les États-nations du Maghreb à travers la construction d’« amazighité(s) nationale(s) » (usages et aménagements des langues et écritures, réécritures historiques et constructions mémorielles…) ;
  • La pluralité/ diversité des sociétés maghrébines ainsi que la gestion de cette diversité : place du local et du régional (mise en valeur des territoires, économie sociale et solidaire, revendications régionalistes) ; mobilisations citoyennes qui, à des échelles diverses, s’emparent de l’amazighité ; productions artistiques et audiovisuelles…

D’autres thématiques peuvent également être envisagées.

Cette formation, qui bénéficie d’un financement AMIDEX pour la prise en charge des participants, vise d’abord à renforcer le processus d’encadrement doctoral de ces jeunes chercheurs. Cette formation englobera des aspects méthodologiques généraux afin de renforcer leurs compétences transversales, mais aussi des mises au point sur des thématiques disciplinaires nécessaires à un moment où le champ des études berbères, longtemps confiné à la linguistique et à l’ethnologie, intègre de nouvelles approches.

Elle prendra la forme de divers ateliers ainsi que des séances d’échanges sur les travaux en cours qui permettront des discussions croisées entre jeunes chercheurs et spécialistes confirmés du domaine berbère mais aussi plus largement des spécialistes d’autres aires partageant les thématiques abordées

Elle pourra en outre être l’occasion de renforcer un réseau en cours de constitution à l’échelle européenne et maghrébine et permettre de tisser des liens entre jeunes chercheurs.

Enfin, elle permettra de proposer un état de la recherche actualisé sur les études berbères/amazighes par les recherches empiriques les plus récentes, trente ans après le début de leur institutionnalisation officielle dans le champ académique maghrébin.